• E.M.R.,
  • Prix - Award,
  • FLOATGEN,

Floatgen lauréat des Trophées de la Transition énergétique 2017

Le projet Floatgen, première éolienne en mer en France dont la construction s’achèvera prochainement dans le Port de Saint-Nazaire, a remporté le prix Energies Renouvelables des Trophées de la Transition Energétique 2017 de L’Usine Nouvelle lors d’une cérémonie organisée ce mardi 16 mai en présence de Jean Jouzel, climatologue et ancien vice-président du GIEC.

le 16 mai 2017

Floatgen, un projet porté par sept partenaires européens


Ce projet réunit sept partenaires européens : Ideol, qui conçoit l’ensemble du système flottant (la fondation, le système d’ancrage et le câble d’export de l’électricité), fournit les équipements secondaire et l’éolienne, remorque et installe en mer le démonstrateur, École Centrale de Nantes, qui apporte son expertise en génie océanique, met à disposition son site d’essais en mer, fournit et pose le système d’ancrage, Bouygues Travaux Publics, qui construit la fondation flottante, l’Université de Stuttgart qui contribue aux simulations en phase d’étude, RSK GROUP en charge de l’analyse de l’impact environnemental, ZABALA responsable du management du projet et enfin FRAUNHOFER-IWES dont le rôle est de réaliser une analyse comparative de différentes solutions flottantes.
Il est soutenu par l’Union Européenne dans le cadre du programme FP7, par l’ADEME dans le cadre du Programme des investissements d’avenir et par la région Pays de la Loire.

Plus d’infos sur www.floatgen.eu
La troisième édition des Trophées de la Transition énergétique a consacré Floatgen, démonstrateur d’éolien en mer flottant équipé d’une fondation flottante conçue par le spécialiste français Ideol, construite par Bouygues Travaux Publics sur le Port de Saint-Nazaire et devant être installée au large du Croisic sur le site d’essais SEM-REV opéré par Centrale Nantes.

A ce jour, plus de 80 % de la coque en béton
de la fondation flottante est déjà construite.
L’ensemble du système d’ancrage a été
fabriqué et sera installé en mer sur le site du
SEM-REV en juin, avant la mise en service du démonstrateur avant la fin 2017.
L’éolien flottant est l’avenir de l’éolien en mer. Il permet le développement de projets sans contrainte de profondeur, donc loin des côtes, sans impact visuel, sur les sites les plus ventés. Floatgen témoigne de la réalité de l’émergence de cette filière.

L’éolien en mer est un secteur en très forte croissance. Plus de 3600 éoliennes sont en fonctionnement aujourd’hui dans le monde, représentant un investissement cumulé de plus 65 Mds d’€ depuis 2010.

Cette nouvelle filière industrielle a émergé un peu partout dans le monde. Sauf en France, où aucune éolienne n’est actuellement implantée en mer. La première sera flottante, ce sera Floatgen.

Si la France est en retard sur l’éolien traditionnel, l’éolien en mer posé, elle dispose d’atouts uniques pour se positionner comme leader à l’international sur cette nouvelle filière de l’éolien flottant.

Ainsi, la solution développée et brevetée par Ideol (appelée Damping Pool®), conçue comme la plus compétitive du marché, marque une rupture technologique sur le marché de l’éolien en mer et ouvre un océan des possibles au développement de projets partout dans le monde. Cette technologie a été sélectionnée par le gouvernement français pour équiper la première ferme éolienne en mer de Méditerranée (projet Eolmed avec l’énergéticien Quadran) et a gagné des contrats à l’export au Japon, au Royaume-Uni et en Irlande.
Publié le 18 mai 2017 Mis à jour le 3 juillet 2017