• E.M.R.,
  • Développement Durable - RSE,

L'éolienne flottante Floatgen, 1ère éolienne offshore française, est partie s’installer sur le site SEM-REV de Centrale Nantes

En construction depuis deux ans dans le port de Saint-Nazaire, l'éolienne est aujourd'hui totalement opérationnelle et va être remorquée puis amarrée sur le site d'essais SEM-REV de Centrale Nantes à 20 km au large du Croisic, 1er site français d’essai en mer multi-technologies raccordé au réseau électrique. Ce projet est porté par un consortium original réunissant une start-up, Ideol, un grand groupe, Bouygues Construction et une grande école d'ingénieur et ses laboratoires de recherche, Centrale Nantes.

le 30 avril 2018

Trois remorqueurs de haute mer ont été mobilisés pendant cette opération délicate. Partis ce dimanche 29 avril en fin d'après-midi, ils ont mis environ une journée pour acheminer l'éolienne sur son site d'essais SEM-REV. Trois à quatre jours supplémentaires sont prévus pour les opérations d'amarrage et de connexion au câble export reliant l'éolienne au réseau électrique à terre.

Floatgen va être testée en conditions réelles de fonctionnement pendant 2 ans. Durant sa phase de tests, l'électricité produite par l'éolienne sera injectée sur le réseau électrique français et Floatgen pourra alimenter en électricité l'équivalent d'une ville comme Le Croisic.

Floatgen est une des premières éoliennes flottantes au monde, truffée d’innovation, elle affiche à bien des égards des caractéristiques exceptionnelles :

  • Son flotteur en béton creux de 5000 tonnes permet non seulement de baisser significativement les coûts mais sa géométrie particulière lui confère une très grande stabilité.
  • Ses six lignes d’ancrage en nylon de 220mm de diamètre, utilisé pour la première fois sur un ancrage permanent lui permettront de résister aux tempêtes les plus fortes de cette zone, située à 20km au large du Croisic et où l’on peut mesurer en hiver des vents de 150km/h et des vagues de 14m.
  • Sa connexion au réseau électrique français est assuré via un hub sous-marin qui permet de connecter jusqu’à trois prototypes simultanément. Ce hub est relié à un poste électrique terrestre par un câble d’une puissance maximale de 8Mw, enfoui sous 2m de sable et sédiment, permettant la poursuite de l’ensemble des activités nautiques (pêche, plaisance…).
  • Enfin la conception générale de cette fondation flottante permet de s’adapter à une très large gamme de profondeurs, depuis les fonds les plus faibles (environ 35m) jusqu’aux plus importants.


Il s'agit d'un projet de recherche, soutenu par l'Union Européenne, qui préfigure l’installation dans les toutes prochaines années de fermes éoliennes flottantes pilotes puis commerciales.

Publié le 30 avril 2018 Mis à jour le 6 juillet 2018